13.12.2017, 00:01

Il purgera sa peine et sera expulsé de Suisse

Abonnés
chargement

 13.12.2017, 00:01 Il purgera sa peine et sera expulsé de Suisse

Sur le coup de midi, après trois heures et demie d’audience, l’ex-femme du prévenu et mère de leur enfant quitte le tribunal en larmes. Pour la ixième fois, le prévenu prétend que c’est elle qui lui cause des problèmes parce qu’elle est toujours amoureuse de lui.

Cet épisode est emblématique du procès qui s’est tenu toute la journée d’hier...

Sur le coup de midi, après trois heures et demie d’audience, l’ex-femme du prévenu et mère de leur enfant quitte le tribunal en larmes. Pour la ixième fois, le prévenu prétend que c’est elle qui lui cause des problèmes parce qu’elle est toujours amoureuse de lui.

Cet épisode est emblématique du procès qui s’est tenu toute la journée d’hier devant le Tribunal criminel de Neuchâtel. Sur fond d’un acte d’accusation long comme un jour sans pain, ce procès raconte avant tout l’histoire d’une relation de couple qui a mal tourné entre une femme d’ici et un homme originaire du Congo.

Insultes, crachats, menaces de mort, notamment à l’encontre d’employés du Guichet social: le ministère public souligne la «lourde culpabilité» de l’accusé qui, par ses actes répétés, a démontré qu’il ne montre «aucune volonté de s’amender». Il réclame trois ans de peine privative de liberté, sans sursis.

Les faits reprochés à l’accusé sont nombreux. Violent physiquement et verbalement, il s’en est pris notamment à un compatriote à la Fête des vendanges, le blessant d’un coup frappé avec une chaine qu’il porte en guise de bijou. Le plus grave grief concerne directement son ex-épouse, qu’il aurait tenté de violer, chez elle.

Devant le tribunal, l’accusé ne cesse de prendre la parole de manière intempestive, criant au mensonge à chaque témoignage à charge.

Son défenseur s’élève contre le portrait à charge qui ressort de l’acte d’accusation. «Mon client irrite tous ceux qui l’ont rencontré, c’est vrai. Mais vous devez juger les faits.» Il s’attache à démonter les treize infractions qu’on lui reproche et réclame son acquittement au bénéfice du doute.

Il note que la plaignante n’a porté plainte que quatre jours après les faits et a repris contact avec son ex-mari deux jours après la prétendue tentative de viol. Elle lui a même confié les clés de son appartement pour qu’il puisse ramener sa fille après avoir exercé son droit de visite.

L’avocate de la plaignante explique que sa cliente a agi ainsi pour ne pas «charger» le père de leur enfant. «On ne peut pas reprocher à une victime dans cette situation d’attendre quatre jours pour porter plainte.»

Prenant la parole à la clôture des débats, l’accusé persiste: «Je ne voulais pas coucher avec elle, c’est pour cela qu’elle m’a amené ici!» D’après lui, les femmes le draguent, car «moi, une femme, même pour une seule nuit, je la traite comme une princesse, comme une reine!»

Au final, le tribunal écarte l’infraction la plus grave, la tentative de viol, faute de preuves. Et aussi en raison de l’attitude de l’ex-épouse. «Cela ne veut pas dire que les faits n’ont pas eu lieu», note la présidente Florence Dominé. Mais «le doute doit profiter à l’accusé». Le tribunal a de même écarté toutes les infractions pour lesquelles les preuves font défaut.

Il n’empêche, le prévenu, qui a commis trente infractions en cinq ans, est «un délinquant multirécidiviste». Il «ne montre aucun regret, rejette sa faute sur ses victimes quand il ne manifeste tout simplement pas son mépris pour elles. Son sentiment de se situer au dessus des lois est patent.»

Il devra purger – sauf recours victorieux – 18 mois de peine privative de liberté, sans sursis. Il est aussi condamné à nonante jours-amende sans sursis pour les injures. Le Tribunal le condamne en outre à être expulsé du territoire suisse pour une durée de trois ans. Il devra verser une compensation de 3000 francs au compatriote qu’il a blessé et supporter les frais de la cause pour plus de 6600 francs. lby


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top