14.11.2017, 15:51

Comment le luthier chaux-de-fonnier Claude Lebet s'est retrouvé à terre

Abonnés
chargement
Claude Lebet il y a 13 ans, au moment de s'installer à Rome. Photo: Christian Galley

 14.11.2017, 15:51 Comment le luthier chaux-de-fonnier Claude Lebet s'est retrouvé à terre

Lutherie Jeudi à Boudry aura lieu la mise aux enchères d'objets appartenant au Chaux-de-Fonnier Claude Lebet, récemment condamné pour abus de confiance à trois ans de prison, dont la moitié ferme. Les témoignages balancent entre malhonnêteté et inconscience.

"J'écrirais ta biographie." C'est ce que lui disait avec affection son ancien employé Jacques Poullot, actuellement archetier à Bari. Si le livre sortait aujourd'hui, on pourrait peut-être lire, dans un style de roman de gare: "Comment l'enfant prodige de La Chaux-de-Fonds s'est retrouvé condamné au violon..." En première instance en tout cas. 

Jeudi à Boudry auront lieu les enchères d'objets...

"J'écrirais ta biographie." C'est ce que lui disait avec affection son ancien employé Jacques Poullot, actuellement archetier à Bari. Si le livre sortait aujourd'hui, on pourrait peut-être lire, dans un style de roman de gare: "Comment l'enfant prodige de La Chaux-de-Fonds s'est retrouvé condamné au violon..." En première instance en tout cas. 

Jeudi à Boudry auront lieu les enchères d'objets saisis à Claude Lebet, dont un tableau, à l'authenticité contestée, signé Camille Corot. Sur les neuf instruments mis en vente, trois sont signés par Claude Lebet lui-même, selon le quotidien "Le Matin".

>> A lire aussi: Rattrapé par la justice, le luthier Claude Lebet s'explique sur l'origine de ses ennuis

Déjà coupable

Il y a deux mois, le luthier chaux-de-fonnier a été condamné par le Tribunal pénal économique du canton de Berne à trois ans de prison, la moitié ferme, pour abus de confiance. Le jugement n'est pas encore exécutoire.

Claude Lebet aurait revendu pour son compte 61 archets historiques valant deux millions de francs et appartenant à un médecin biennois aujourd'hui décédé. En 2011 à Genève, le luthier était condamné pour abus de confiance et faux dans les titres. Une procédure avait aussi été ouverte en Italie (il avait installé son atelier à Rome).

>> A lire aussi: L'impressionnante liste des instruments saisis chez le Chaux-de-Fonnier Claude Lebet

"Je suis parti dégoûté"

Aujourd'hui, deux anciens employés témoignent. Le premier veut rester anonyme, pour, dit-il, ne plus être associé au nom de son ancien patron. "J'ai été sa main droite, je l'ai longtemps admiré, mais je suis parti dégoûté. Claude Lebet est malade, il a totalement déraillé."

"C'était chaotique à la boutique, des gens venaient et se servaient d'un instrument mis en dépôt-vente... Il a très mal géré son commerce."

"D'un autre côté, il n'a eu aucun problème de conscience à arnaquer plusieurs personnes. Il vendait les instruments et ne payait pas leurs propriétaires. J'ai vu arriver des musiciens désespérés, mais il avait une faculté incroyable de rassurer les gens. Il les menait en bateau parfois pendant des années."

"Mythomane" et "chaleureux"

Notre interlocuteur décrit un personnage "mythomane et mégalomane. Le pire, c'est qu'il avait tout pour être une référence jusqu'à la fin de ses jours. Il était passionné, il aimait jouir de la musique et de la beauté du métier." "Il adorait le contact humain, c'était quelqu'un de très chaleureux. Mais aujourd'hui, sa réputation est misérable."

Jacques Poullot a travaillé durant vingt ans pour Claude Lebet, jusqu'en 2008: "Il n'écoutait plus ce qu'on lui disait. Il ne dormait plus et s'est mis à dérailler. Je lui ai dit qu'il fallait qu'il arrête tout pour se faire soigner."

"Il aurait dû confier la caisse à une femme"

Pour l'archetier de Bari, "ce n'est pas que Claude Lebet ne savait pas compter, c'est qu'il ne comptait pas. Il faisait des cadeaux, il était généreux. Il aurait dû confier la caisse à une femme. Aujourd'hui, il aurait une dizaine de millions sur son compte."

"Claude Lebet n'est pas malhonnête. Si vous l'écoutez, il n'a jamais volé personne. Lui disait qu'il avait une bonne étoile, que tout était sous contrôle. Il a toujours été persuadé qu'il pourrait rembourser tout le monde."

"Une espèce d'enchanteur"

Jacques Poullot décrit un homme de talent, "une espèce d'enchanteur, très beau conteur. En parlant de lutherie, il était capable de scotcher un auditoire pendant trois heures. Il avait la plus belle bibliothèque de lutherie du monde et il s'en servait, pas comme d'autres incultes du milieu."

L'archetier estime que Claude Lebet a fait "largement plus de bien que de mal". Il s'insurge contre "les gens qui lavent leur conscience en lui tapant dessus, ces mêmes gens qui lui amenaient des violons non déclarés et qui ont bien profité de la pagaille...". Quant à ceux qui confiaient un lot entier d'instruments sans exiger de contrat: "Il fallait être un peu con pour le faire..." 

L'Etat ne peut pas être receleur

Les enchères ont lieu jeudi à 14h30, dans le bâtiment de la poste à Boudry. A vendre: 9 violons, une viole de gambe, un téorbe, deux rebec, une viola da braccio, un archet et un tableau signé Camille Corot. 

L'Etat de Neuchâtel a fait expertiser une partie des objets pour en déterminer la valeur. Question: tous les biens sont-ils bien la propriété de Claude Lebet? Réponse du chef du Service des poursuites et faillites, Thierry Marchand: "Quand on saisit quelqu'un, on est bien obligé de le croire sur parole."

Cinq ans pour réagir

Autrement dit, l'Etat n'a pas fait une enquête sur la provenance de certaines pièces. Ce pourrait-il qu'il se rende coupable de recel à son insu? Non, car la loi fédérale prévoit qu'un acquéreur qui se verrait réclamer l'objet par son propriétaire légitime soit indemnisé à la hauteur de la somme qu'il a déboursée. 

La personne lésée a cinq ans pour réagir et dans ce genre de cas, c'est le débiteur qui assume financièrement, pas l'Etat. 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

ENCHÈRESLe luthier chaux-de-fonnier Claude Lebet a payé la moitié de sa detteLe luthier chaux-de-fonnier Claude Lebet a payé la moitié de sa dette

Top