09.01.2018, 11:42

Neuchâtel: Vautravers Articles de ménage remplacés par un groupe d'optique

Abonnés
chargement
Ambiance dans un magasin Optic 2000 à Paris. Ici, une cliente essaye des montures de lunettes de vue.

 09.01.2018, 11:42 Neuchâtel: Vautravers Articles de ménage remplacés par un groupe d'optique

Commerces Michel Vautravers a averti ses clients de la fermeture définitive de son magasin de la rue du Seyon, à Neuchâtel. L'emplacement sera bientôt occupé par une nouvelle enseigne de lunettes et appareils auditifs.

Les Neuchâtelois ne sont pas près de manquer de lunettes. Le départ de Vautravers – Articles de ménage permet l’arrivée d’Acuitis, un groupe français spécialisé dans les lunettes et appareils auditifs en «private label», c’est-à-dire fabriqués en leur nom par des fournisseurs tiers. La marque est déjà présente en Suisse, notamment à Vevey. Elle s’installera aussi à Marin d’ici avril, indique une employée du groupe à Paris.

>> A lire aussi: Michel Vautravers, 25 ans au service des arts de la table

La concurrence n'est pas...

Les Neuchâtelois ne sont pas près de manquer de lunettes. Le départ de Vautravers – Articles de ménage permet l’arrivée d’Acuitis, un groupe français spécialisé dans les lunettes et appareils auditifs en «private label», c’est-à-dire fabriqués en leur nom par des fournisseurs tiers. La marque est déjà présente en Suisse, notamment à Vevey. Elle s’installera aussi à Marin d’ici avril, indique une employée du groupe à Paris.

>> A lire aussi: Michel Vautravers, 25 ans au service des arts de la table

La concurrence n'est pas ravie

Chez Leroy opticiens, rue des Terreaux, Alexandre Leroy se montre d’abord heureux pour Michel Vautravers. «Je suis content qu’il puisse enfin prendre sa retraite et je lui souhaite le meilleur!» Quant à la nouvelle enseigne, il préférerait «voir arriver un poissonnier», mais ne s’alarme pas plus que ça. «Neuchâtel, avec son niveau de vie pas trop élevé et ses loyers accessibles, ainsi que la proximité du Seeland et du public alémanique, sert un peu de marché test aux chaînes françaises et allemandes», explique-t-il. Du coup, chaînes et franchises spécialisées en optique sont bientôt toutes présentes:on compte une douzaine de magasins dans l’agglomération neuchâteloise, une trentaine dans le canton.

Changer de lunettes plus souvent

Le marché s’est-il élargi? «Je ne pense pas qu’il y aient plus de porteurs de lunettes. Ils changent un peu plus qu’avant, parce que c’est devenu meilleur marché.» Chez Leroy, l’habitude des clients a longtemps été de changer de lunettes tous les 4 à 5 ans. L’usage, ces dernières années, c’est plutôt entre 2 et 4 ans.

A l’Optique des Arcades, la patronne, Virginie Sutter, constate aussi un changement plus fréquent. Elle est loin de sauter de joie à l’évocation de ce nouveau concurrent, mais rappelle que «dans les boutiques indépendantes, on ne fait pas forcément le même métier. Nous n’employons que des opticiens diplômés et nous nous concentrons sur le service et le conseil.» Et, ces dernières années, «nos clients ont compris qu’ils ne payent pas plus cher chez nous que dans les chaînes». 

Virginie Sutter indique aussi que l’omniprésence des écrans rend les gens plus exigeants avec leur vue: ils veulent bien voir. Auparavant, les gens remarquaient qu’ils ne voyaient pas parfaitement en regardant le télétexte. Aujourd’hui, comme nous regardons tous beaucoup d’écrans, un petit défaut de vue se remarque très vite. Et la mode compte: «Nous vendons même des lunettes sans verre correctif, car certaines personnes aiment en porter, même si elles n’en ont pas besoin.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top