05.01.2018, 15:51

Tourisme: toujours plus de prestations gratuites pour renforcer l'attractivité du canton de Neuchâtel

Abonnés
chargement
La Neuchâtel Tourist Card est un nouvel atout important pour le développement du canton.

 05.01.2018, 15:51 Tourisme: toujours plus de prestations gratuites pour renforcer l'attractivité du canton de Neuchâtel

Offre Depuis le 1er janvier 2018, la Neuchâtel Tourist Card offre aux voyageurs séjournant dans le canton de Neuchâtel l’accès gratuit aux transports publics et à une trentaine de prestations culturelles ou sportives. Pour Tourisme neuchâtelois, cette "première suisse" représente "l'un de nos plus grands coups marketing".

Du Littoral aux Montagnes en passant par les vallées, le canton de Neuchâtel ne manque pas d’arguments pour séduire les touristes. Le problème, c’est qu’il n’est pas tout seul en Suisse à occuper le terrain. Si l’on veut accueillir des visiteurs dans la région, il faut les toucher au cœur et les tirer par la manche. Voire les agripper...

Du Littoral aux Montagnes en passant par les vallées, le canton de Neuchâtel ne manque pas d’arguments pour séduire les touristes. Le problème, c’est qu’il n’est pas tout seul en Suisse à occuper le terrain. Si l’on veut accueillir des visiteurs dans la région, il faut les toucher au cœur et les tirer par la manche. Voire les agripper par le porte-monnaie.

C’est l’idée de la Neuchâtel Tourist Card, le nouveau sésame lancé par Tourisme neuchâtelois le 1er janvier. Ce carnet de bons offre à chaque voyageur séjournant au moins une nuit dans l’un des 307 hébergements du canton de Neuchâtel (hôtels, chambres d’hôtes, appartements de vacances, campings, logements collectifs, agritourisme) l’accès gratuit aux transports publics neuchâtelois et à une trentaine de prestations culturelles ou sportives

Combattre le franc fort

Si de tels arrangements existent également par petits bouts ailleurs dans le pays, la mise à disposition d’un paquet aussi complet représente «une première suisse», assure Yann Engel, directeur de Tourisme neuchâtelois.

Cette NTC succède à une autre NTC, la Neuchâtel Transport Card, lancée en 2016, qui proposait uniquement la gratuité des transports publics. «Nous étions alors le deuxième canton de Suisse, après le Jura, à offrir cette prestation à nos hôtes.»

Le succès rencontré par cette première carte a incité le comité de Tourisme neuchâtelois à élargir son catalogue. La NTC 2018 permet ainsi de bénéficier gratuitement d’un accès aux transports en commun neuchâtelois (train, funiculaire et bus), d’une entrée dans 25 musées du canton, d’une croisière sur le lac de Neuchâtel et des Brenets, d’une location journalière d’un vélo à Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds ou au Locle, ainsi que d’une course sur le télésiège de Buttes-La Robella.

«Cette carte, dont l’objectif principal est de combattre le franc fort et la cherté de la Suisse, représente l’un des plus grands coups marketing que nous ayons faits depuis la création de Tourisme neuchâtelois en 1996», assure Yann Engel. «Les premiers retours sont juste excellents. Que ce soit dans les campings, les chambres d’hôtes ou les hôtels haut de gamme, la NTC intéresse tout le monde. Pour une famille passant le week-end dans le canton, avec deux activités par jour et les déplacements, l’économie s’élève à une centaine de francs. Certains hébergeurs doivent expliquer aux gens qu’il n’y a pas de piège, aucune inscription en petits caractères. Que tout est vraiment gratuit!»

Un projet sur deux ans

Editée à 150'000 exemplaires, la Neuchâtel Tourist Card est financée par la taxe de séjour, augmentée de deux à trois francs par nuit et par adulte en 2016. «Le produit de cette taxe doit bénéficier à ceux qui la payent», rappelle le directeur de Tourisme neuchâtelois. 

Comme le même carnet est remis à chaque voyageur quelle que soit la durée de son séjour, impossible de prévoir combien de bons seront effectivement utilisés. «Nous avons établi un budget annuel de 120'000 francs, avec une clause nous permettant de rembourser les prestataires au prorata si ce montant est dépassé.» 

Les partenaires se sont engagés pour deux ans. «Nous ferons le point dans le courant de l’année 2019, pour voir si cette carte est financièrement viable», conclut Yann Engel.

L’enjeu est de taille, car «près de 70% de nos touristes sont des gens qui reviennent ou qui découvrent le canton par le biais du bouche-à-oreille». Il est donc primordial de pouvoir garantir à la fois des offres attractives et stables sur le long terme.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top