Rock Altitude
 11.08.2017, 18:14  

Franz Treichler revient sur les 30 ans de carrière des Young Gods en marge du Rock Altitude

Abonnés
chargement
[LE LOCLE] The Young Gods seront au Rock Altitude festival samedi soir.

 11.08.2017, 18:14   Franz Treichler revient sur les 30 ans de carrière des Young Gods en marge du Rock Altitude

Rock Altitude Samedi soir, le communal du Locle résonnera des tubes anciens et nouveaux titres du groupe suisse The Young Gods. Franz Treichler, fondateur de la formation, a répondu à nos questions en amont du Rock Altitude festival.

Demain soir, au Locle, Vitalic partage la tête d’affiche du Rock Altitude avec The Young Gods. Entretien avec Franz Treichler, fondateur et leader de ce groupe suisse culte et increvable, pionnier du rock industriel à la fin des années 80.

Le Rock Altitude est votre premier concert de l’été. C’est tard non?
Nous sommes dans une période de composition où nous ne faisons que quelques concerts, quand nous...

Demain soir, au Locle, Vitalic partage la tête d’affiche du Rock Altitude avec The Young Gods. Entretien avec Franz Treichler, fondateur et leader de ce groupe suisse culte et increvable, pionnier du rock industriel à la fin des années 80.

Le Rock Altitude est votre premier concert de l’été. C’est tard non?
Nous sommes dans une période de composition où nous ne faisons que quelques concerts, quand nous recevons des propositions qui nous plaisent. ça faisait longtemps que nous entendions parler du Rock Altitude. C’est un festival assez pointu et assez petit pour être proches des gens.

Votre dernier album date de 2012. Sur la Toile, vous avez discrètement annoncé un nouvel opus en fin d’année...
Les choses prennent plus de temps que prévu. Nous devons tester nos morceaux en concert. C’est aussi pour ça que nous acceptons quelques dates.

The Young Gods. Photo: SP
 

Que dire de ce futur album?
Le tempo sera plus lent, plus répétitif et plus électronique qu’avant. Mais on reconnaîtra le son des Young Gods. Le français sera aussi plus présent.

Vous expérimentez toujours…
Nous aimons bien mélanger expérimentation et côté populaire. Nous voulons garder notre identité tout en restant dans un format qui parle à tout le monde.

Mais on dit souvent de vous que vous vous en fichez de la mode…
On ne peut pas vraiment dire ça. Nous puisons dans les artistes et tendances que nous aimons et qui parlent du monde dans lequel on vit.

Votre musique a-t-elle un côté politique?
Je dirais que oui, mais pas frontalement. Dans le prochain album, il y aura par exemple des allusions aux migrants, à la traversée des eaux. Mais toujours à travers des suggestions, de manière plus poétique que politique.

2017 marque le 30e anniversaire de votre premier album. Vous allez marquer le coup ce soir?
D’une certaine manière. Un tiers des morceaux que nous allons jouer datent de cette période. Un tiers de nouvelles compositions et un tiers d’un panaché de tubes (rire). 

Vous annonciez votre venue au Locle dans une vidéo tournée dans votre local, un abri souterrain délabré…
Nous partageons un parking désaffecté avec plein d’autres groupes. Nous aimons cette scène alternative, qui essaie de montrer qu’il y a d’énormes espaces inutilisés alors que les artistes manquent de place. C’est toute l’incongruité du monde capitaliste immobilier.

 

 

Comment avez-vous observé l’évolution du rock en 30 ans?
Quand nous avons commencé, tu ne pouvais pas jouer du rock sans guitare. Nous avons fait partie de cette première vague de gens qui ont joué du rock industriel, fait avec des machines. Après, c’est devenu normal. Le rock est un animal qui grandit, qui bouge. On a souvent dit qu’il était mort, mais il est toujours là.

Et la scène musicale actuelle?
ça foisonne de partout, et la qualité a fait un bond en hauteur. Dans les années 80, il n’y avait que cinq à six endroits pour faire des concerts en Suisse. Après, il devient du coup aussi plus difficile d’intéresser des festivals à l’étranger aujourd’hui.

Les Young Gods, c’est un nom qui ouvre des portes quand même…
Oui, mais nous sommes un peu des vétérans. Les gens nous connaissent partout, mais nous oublient vite. Les jeunes ne savent pas qui nous sommes. Tu ne peux pas te reposer sur tes lauriers, il faut continuer à bosser.

 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

MusiqueLe Locle: le Rock Altitude Festival accueillera Vitalic, Puppetmastaz, The Young Gods et Peter KernelLe Locle: le Rock Altitude Festival accueillera Vitalic, Puppetmastaz, The Young Gods et Peter Kernel

FestivalComment combattre le froid au Rock Altitude FestivalComment combattre le froid au Rock Altitude Festival

BilanLe Locle: Archive fait planer le Rock Altitude FestivalLe Locle: Archive fait planer le Rock Altitude Festival

Top