18.05.2017, 00:01  

Les experts ne préconisent pas d’internement à vie

Abonnés
chargement
Le procès a lieu au Tribunal criminel de Genève.
Par ATS

Entendus, hier, par le Tribunal criminel de Genève, les deux experts suisses qui ont examiné Fabrice A., le meurtrier d’Adeline, ont refusé de préconiser un internement à vie de l’accusé. A leurs yeux, il est impossible de se prononcer sur l’évolution du prévenu à long terme.

Alexandra Rageth et Eric Luke rejoignent la conclusion des deux psychiatres français, auditionnés la...

Entendus, hier, par le Tribunal criminel de Genève, les deux experts suisses qui ont examiné Fabrice A., le meurtrier d’Adeline, ont refusé de préconiser un internement à vie de l’accusé. A leurs yeux, il est impossible de se prononcer sur l’évolution du prévenu à long terme.

Alexandra Rageth et Eric Luke rejoignent la conclusion des deux psychiatres français, auditionnés la veille, qui avaient souligné l’absence d’éléments cliniques permettant d’affirmer que Fabrice A. n’évoluera jamais. Tous les experts s’accordent cependant à dire qu’à court terme, le risque de récidive du prévenu est très élevé.

Selon les docteurs suisses, Fabrice A., lorsqu’il était détenu à la Pâquerette, a développé une pulsion d’égorger. Cet imaginaire n’a pas surgi au moment où il tranchait la gorge de sa sociothérapeute, lors d’une sortie accompagnée, mais a été entretenu pendant de longs mois, notamment par le visionnage de films violents dans sa cellule.

Fantasme

Lors de l’audience d’hier, il a à plusieurs reprises été question de la scène du film «Braveheart» dans laquelle une femme attachée se faire égorger. Cet extrait, Fabrice A. se le passait quasi en boucle pour nourrir son excitation. Il imaginait aussi être à la place du soldat qui tient le couteau, avec Adeline à sa merci.

«Il y a eu un transfert de la scène d’égorgement du film sur la future victime», a noté Eric Luke. Le psychiatre a confirmé que tuer Adeline faisait partie des plans du prévenu. Cette déclaration contredit les propos de Fabrice A., qui a affirmé ces derniers jours n’avoir pas prémédité le meurtre, mais uniquement son évasion.

L’accusé a développé un imaginaire érotique à l’égard d’Adeline immédiatement après que celle-ci l’a accueilli à la Pâquerette. Pour Alexandra Rageth, la dimension sexuelle de l’acte homicide ne fait pas de doute. «Nous n’avons pas d’autres hypothèses.» Fabrice A. a ressenti un sentiment de domination inégalé au moment où il a pu choisir entre la vie et la mort d’Adeline, quand le couteau toucha la gorge de sa victime et entra dans la chair.

C’est la jouissance du quart de millième de seconde que le prévenu a évoquée, a précisé Eric Luke. Les deux psychiatres sont cependant convaincus que Fabrice A. ne leur a pas tout dit à propos de son meurtre. «Nous n’avons pas eu le sentiment qu’il voulait s’ouvrir à nous sur ce point», a noté Alexandra Rageth.

Les experts pensent aussi que l’accusé leur a menti délibérément sur certains points. «Il n’a pas dit ce qu’il a fait avec le foulard» que la police a retrouvé aux pieds de la victime, a ainsi fait remarquer la doctoresse. Pour elle, Fabrice A., quand il parle, tend à se mettre dans une position où il apparaît sous un jour favorable.

Aucun traitement

A ce jour, aucun traitement ne permet de réduire le risque de récidive que présente le prévenu. Les psychiatres helvétiques estiment toutefois qu’il ne faut pas l’abandonner à son sort. A 42 ans, il est encore jeune et son état demande à être réévalué au fur et à mesure des années, a fait remarquer Alexandra Rageth.

Fabrice A. encourt l’internement à vie. Cette peine exige cependant, selon la loi, que deux expertises psychiatriques concluent que l’accusé est «durablement non amendable». Le procès se poursuit aujourd’hui avec l’audition, par le Tribunal criminel, de la famille d’Adeline, puis les réquisitions du procureur général Olivier Jornot. ATS


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top