03.08.2017, 00:01  

En gardien d’Israël, Marc Früh publie un livre

Abonnés
chargement
Une publication au titre  très explicite.

 03.08.2017, 00:01   En gardien d’Israël, Marc Früh publie un livre

Par pab - réd

PUBLICATION L’ex-député et maire de Lamboing présente sa version de l’histoire du Proche-Orient.

«Vois, il ne dort ni ne sommeille, le gardien d’Israël...» A n’en pas douter, Marc Früh est un grand adorateur du psaume 121, où le gardien en question est évidemment Yahvé. A sa façon, aussi, l’homme du Plateau de Diesse est un gardien pour Israël. L’ancien député et maire de Lamboing ne manque pas une occasion de se...

«Vois, il ne dort ni ne sommeille, le gardien d’Israël...» A n’en pas douter, Marc Früh est un grand adorateur du psaume 121, où le gardien en question est évidemment Yahvé. A sa façon, aussi, l’homme du Plateau de Diesse est un gardien pour Israël. L’ancien député et maire de Lamboing ne manque pas une occasion de se porter au secours d’Israël lorsqu’il estime que les médias publient ce qu’il considère comme une injustice à l’égard de ce pays,

Il enfonce le clou en publiant, à compte d’auteur, «Interdit d’ignorer», où, sur quelque 200 pages, il donne sa vision de l’évolution de ce pays depuis Massada jusqu’à aujourd’hui, citations bibliques à l’appui. Sa passion pour ce pays remonte aux années 80, époque où il dit avoir pu constater que la presse internationale évoquait certains attentats alors qu’elle en passait d’autres sous silence, en fonction de leurs auteurs: «Et toujours au détriment d’Israël. Mais je ne comprenais pas, j’étais trop jeune.»

Guide à Jérusalem

Tout change à partir de 2013, quand Marc Früh officie comme guide à Jérusalem en compagnie de son épouse. De nombreux touristes lui demandent des copies de tout ce qu’il raconte: «Ils n’en avaient jamais assez. De fil en aiguille, après avoir ajouté des pages et des pages, j’ai fini par réaliser un livre. C’est quelque chose de simple, un rapide survol d’une longue histoire.»

Mais, au fond, peuple élu, celui d’Israël? Ainsi taquiné, notre interlocuteur n’évoque qu’un peuple parmi d’autres, «qui a cependant reçu les Ecritures.» Mais aussi «une nation qui subit depuis 40 ans des injustices abominables, victime d’un parti pris inacceptable.»

Ainsi, sans évoquer un «complot antisioniste mondial», l’auteur estime qu’Israël est mal jugé sur Gaza. «Et, pourtant, la corruption est totale dans cette enclave. Sur le milliard d’aide qu’elle reçoit, 700 millions sont détournés par des politiciens corrompus.» Pour l’auteur, «le peuple palestinien est le plus pauvre de tous les peuples», mais ce sont ses dirigeants qui «le maintiennent dans cet état et fidélisent du même coup sa haine envers Israël.»

Quand on lui fait remarquer que le gouvernement de Benyamin Netanyahou contient son lot d’ultras, il rétorque que l’équipe cherche simplement le bien de son peuple: «Et elle le fait bien mieux que les dirigeants palestiniens envers le leur! D’ailleurs, sous le règne de Netanyahou, le parti arabe a perdu beaucoup de voix. J’y décèle la preuve que même les Arabes d’Israël se rendent compte que la cohabitation est possible.»

Marc Früh ne croit pas à une solution reposant sur la création de deux Etats. «Je maintiens qu’Israël n’est pas une dictature, mais une démocratie beaucoup plus sûre que ses voisins. Alors, au lieu de deux Etats, je préférerais plaider en faveur d’un seul peuple. Les Arabes désireux de s’intégrer peuvent parfaitement le faire en Israël. Après tout, ils représentent le tiers de la population.» pab - réd


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top