11.08.2017, 16:04  

Trop courtes, les grandes vacances des Neuchâtelois?

Abonnés
chargement
Les Neuchâtelois ont les vacances parmi les plus courtes d'Europe: ils reprendront le chemin de l'école lundi.

 11.08.2017, 16:04   Trop courtes, les grandes vacances des Neuchâtelois?

Rentrée scolaire - Les vacances d’été des élèves neuchâtelois figurent parmi les plus courtes d’Europe. Les enfants reprennent l’école lundi déjà. Pourquoi si tôt?

«Quoi!? Vos enfants reprennent l’école le 14 août déjà?» Voici la réaction habituelle de nos voisins français ou italiens lorsqu’ils apprennent que les petits Neuchâtelois n’ont que six semaines de vacances durant l’été. C’est pourtant une réalité du calendrier scolaire cantonal depuis plus de cinquante ans: en plein mois d’août, alors que les températures avoisinent encore parfois les 30 degrés, les élèves neuchâtelois reprennent le chemin de l’école. 

Leurs «grandes vacances» figurent parmi les plus courtes d’Europe, loin derrière les...

«Quoi!? Vos enfants reprennent l’école le 14 août déjà?» Voici la réaction habituelle de nos voisins français ou italiens lorsqu’ils apprennent que les petits Neuchâtelois n’ont que six semaines de vacances durant l’été. C’est pourtant une réalité du calendrier scolaire cantonal depuis plus de cinquante ans: en plein mois d’août, alors que les températures avoisinent encore parfois les 30 degrés, les élèves neuchâtelois reprennent le chemin de l’école. 

Leurs «grandes vacances» figurent parmi les plus courtes d’Europe, loin derrière les huit semaines des Français, les dix semaines des Suédois, ou encore les treize semaines des Italiens, Portugais ou Irlandais. 

Un pays de travailleurs

Les élèves neuchâtelois sont-ils assez reposés après six semaines de congé? Serait-il dans leur intérêt de prolonger la pause estivale? Deux pédopsychiatres du canton de Neuchâtel répondent à nos questions. «J’ai le sentiment personnel que l’école reprend tôt, avec les chaleurs du mois d’août», réagit le docteur Yves Grandjean, de La Chaux-de-Fonds. «Mais l’avantage dans le canton, c’est que la répartition des vacances durant l’année est bien adaptée au rythme des enfants, avec des congés réguliers. Il ne faut pas oublier que la Suisse est un pays de travailleurs, où l’on prépare les enfants à être d’accord de travailler beaucoup par la suite. C’est une pensée culturelle.»

La répartition des vacances durant l'année est bien adaptée, selon les pédopsychiatres. Crédit: Keystone

La doctoresse Alina Tiulete-Simion, qui exerce au Centre neuchâtelois de psychiatrie, estime qu’un allongement des vacances d’été serait plutôt défavorable aux enfants: «Dans les pays où les vacances d’été sont très longues, il existe un risque d’oublier les acquis chez les enfants connaissant des difficultés. Les mécanismes d’apprentissage marchent par répétition: si les pauses sont trop longues, il sera plus difficile de réactiver ces acquis.»

Difficile de s’organiser

La pédopsychiatre pense également que des vacances plus longues engendreraient de véritables complications au sein des familles: «J’entends souvent des parents dire qu’ils ont du mal à s’organiser durant l’été.»

Un avis que partage Yves Grandjean: «La question à se poser est surtout: est-ce que la durée des vacances est adaptée par rapport aux structures d’accueil, aux congés des entreprises, aux camps et colonies de vacances proposés? Ou au contraire, est-ce que les parents sont démunis?»

"Les familles arrivent à communiquer à nouveau"

Dans son expérience de pédopsychiatre, le docteur Grandjean constate que les vacances sont souvent «très importantes pour les familles: c’est le seul moment où les parents peuvent se retrouver avec leurs enfants et ne pas subir le stress scolaire. C’est un moment où les familles arrivent à communiquer à nouveau, car il n’y a plus de reproches ou d’exigences.»

 Le spécialiste est d’ailleurs opposé aux cahiers de vacances: «C’est une mauvaise idée, les enfants ne récupèrent pas! Les vacances doivent rester des vacances.»

Cette période peut toutefois se révéler difficile, notamment pour les familles monoparentales: «Les parents seuls avec leurs enfants ont parfois moins de temps pour souffler et peuvent ressentir de l’épuisement, surtout si les enfants sont turbulents.»

Pour rallonger les vacances, il faut changer la loi

Pourquoi les vacances d’été des Neuchâtelois sont-elles si courtes? Y a-t-il une consolation pour les écoliers d’ici? «Les vacances d’été sont habituellement plus courtes dans les pays où les élèves disposent de congés plus fréquents et plus longs durant l’année scolaire», indique une étude comparative (Eurydice) de la Commission européenne, effectuée dans toute l’Europe.

Avec six semaines de congé estival, les Neuchâtelois ne sont pourtant pas les moins bien lotis de Suisse: la durée des vacances varie énormément entre les cantons, voire au sein d’un même canton, passant de cinq semaines chez les Argoviens à... dix semaines au Tessin!

Pourquoi de telles disparités? «Dans les régions du Sud, les élèves bénéficient de vacances d’été plus longues en raison de la chaleur», explique  Jean-Claude Marguet, chef du Service de l’enseignement obligatoire. Les dates des vacances scolaires sont ancrées dans l’histoire des cantons suisses. «A Neuchâtel, nous avons des traditions telles que les congés d’été pour les récoltes, les vacances horlogères, les travaux d’automne dans les cultures de pommes de terre et les vignes, la semaine du 1er Mars.» 

«Mieux rythmer l’année scolaire» 

Depuis 2004, les cantons de Berne, Neuchâtel et du Jura harmonisent leurs vacances. Mais quelques différences persistent encore, en lien avec les traditions cantonales, comme le 1er Mars ou carnaval. «Harmos a permis d’harmoniser la répartition des branches, mais pas les grilles horaires», précise Jean-Claude Marguet. 

Reste la question: pourquoi les vacances d’été des petits Neuchâtelois sont-elles devenues si courtes, alors qu’elles couvraient entièrement les mois de juillet et août jusque dans les années cinquante? «Durant l’été, les enfants étaient souvent assignés aux travaux des champs», répond Jean-Claude Marguet.  En 1959, le canton édite un règlement qui répartit plus harmonieusement les vacances scolaires entre le printemps, l’été, l’automne et l’hiver. «Il s’agissait de mieux rythmer l’année scolaire.»

La loi sur l’organisation scolaire neuchâteloise, de 1984, fixe un total de treize semaines de vacances durant l’année. «Si l'on voulait rallonger les vacances d’été, il faudrait modifier la loi cantonale», explique Jean-Claude Marguet. «Ou alors supprimer des vacances à une autre période, ce qui soulèverait des oppositions et ne serait pas dans l’intérêt du rythme des enfants.» 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

FORMATIONPlus de 2000 enseignants s’apprêtent à accueillir les élèves neuchâteloisPlus de 2000 enseignants s’apprêtent à accueillir les élèves neuchâtelois

Top