15.11.2017, 00:01  

Raphaël Comte défend une meilleure représentation féminine

Abonnés
chargement
Le conseiller aux Etats Raphaël Comte.

 15.11.2017, 00:01   Raphaël Comte défend une meilleure représentation féminine

AUTORITÉS - Initiative parlementaire du conseiller aux Etats pour les élections au Conseil fédéral et au Tribunal fédéral.

La démarche n’est pas anodine, venant d’un élu du Parti libéral-radical. Une meilleure représentativité des femmes au sein du Conseil fédéral et du Tribunal fédéral: c’est ce que réclame le conseiller aux Etats Raphaël Comte à Travers une initiative parlementaire.

Préjugés et stéréotypes encore bien présents

«Je constate, comme parlementaire et comme membre de la commission judiciaire, la difficulté à...

La démarche n’est pas anodine, venant d’un élu du Parti libéral-radical. Une meilleure représentativité des femmes au sein du Conseil fédéral et du Tribunal fédéral: c’est ce que réclame le conseiller aux Etats Raphaël Comte à Travers une initiative parlementaire.

Préjugés et stéréotypes encore bien présents

«Je constate, comme parlementaire et comme membre de la commission judiciaire, la difficulté à faire élire des femmes, celles-ci étant souvent victimes de circonstances et de hasards qui n’en sont peut-être pas», relève le Neuchâtelois. Certaines femmes, très compétentes, ont été sacrifiées, selon lui.

La dernière élection au Conseil fédéral a mis en évidence les obstacles qui se dressent sur la route des femmes. Préjugés et stéréotypes sont encore bien présents. «Ici, non seulement certains parlementaires, mais également certains médias devraient faire leur autocritique», estime le conseiller aux Etats.

«Lors des prochaines élections au Conseil fédéral, il faudra mettre une pression très forte sur le Parlement pour que la représentation féminine ne se réduise pas comme peau de chagrin», ajoute-t-il.

Pas question néanmoins, pour le sénateur, de privilégier la représentation féminine à une autre. «Pour ce qui est du Conseil fédéral, l’idée est d’ajouter la représentation des genres à côté de la mention actuelle de la représentation régionale ou linguistique», dit-il. «Le Parlement devrait donc avoir ces deux questions en tête, mais il ne s’agit pas de donner à l’une ou à l’autre une plus grande importance.»

Le Neuchâtelois n’entend pas non plus réclamer des quotas. «J’y suis opposé. Il s’agit bien de fixer des principes qui doivent guider le Parlement et qui laissent une certaine souplesse», dit-il. «Mais si l’absence durable du Tessin au Conseil fédéral est choquante, une absence ou une représentation très faible des femmes – hypothèse tout à fait possible – l’est tout autant.»

Parti privilégié

Pour le Tribunal fédéral, la représentation partisane est aujourd’hui privilégiée. «Le critère linguistique est également important et objectif, puisqu’il faut des juges capables de travailler dans les différentes langues. Si l’on ajoutait la notion de genre, ce critère viendrait contrebalancer la prédominance du parti», juge Raphaël Comte.

«Le débat sur cette initiative parlementaire prendra sans doute du temps. Durant son traitement, le Parlement aura vraisemblablement l’occasion d’élire un ou plusieurs conseillers fédéraux. Nous verrons donc si les parlementaires prennent leurs responsabilités», ajoute-t-il. «L’expérience montre que le Parlement a parfois besoin d’une saine pression pour exercer pleinement les responsabilités que l’on attend de lui!» dad


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top