07.12.2017, 01:06

Le financement de l’hôpital public fait des étincelles

Abonnés
chargement
Une «guéguerre» autour du Centre du sein.

 07.12.2017, 01:06 Le financement de l’hôpital public fait des étincelles

GRAND CONSEIL Un rapport du Conseil d’Etat est la cible de critiques qui font vivement réagir le ministre de la Santé.

Au Grand Conseil, la journée de mardi a démarré par des manifestations dans la cour du Château et s’est finie sur des notes de mauvaise humeur. Après le budget (notre édition d’hier), le financement hospitalier a fâché.

Le Conseil d’Etat venait devant les députés avec sa réponse à un postulat de la commission des finances. Celle-ci demandait que lumière...

Au Grand Conseil, la journée de mardi a démarré par des manifestations dans la cour du Château et s’est finie sur des notes de mauvaise humeur. Après le budget (notre édition d’hier), le financement hospitalier a fâché.

Le Conseil d’Etat venait devant les députés avec sa réponse à un postulat de la commission des finances. Celle-ci demandait que lumière soit faite sur les subventions versées à l’Hôpital neuchâtelois (HNE) au titre de prestations d’intérêt général (PIG). Ces dernières se distinguent, dans le nouveau mode de financement hospitalier suisse, des prestations dites individuelles, ou forfaits par cas, prises en charge par les cantons et les assureurs maladie.

«Quelle déception!»

Le rapport du gouvernement précise que l’Etat verse cette année 65 millions de francs à l’HNE, soit cinq millions de moins qu’en 2015. Une analyse menée sur deux ans a permis de savoir à quoi sert le 65% de cette enveloppe, alors que seul 10% était identifié au départ. Les PIG se chiffrent à 33,6 millions de francs. L’étude a été étendue au Centre neuchâtelois de psychiatrie, qui touche 20,7 millions de francs de l’Etat. Ici, on sait à quoi servent 42% des subventions Les PIG s’élèvent à 7,7 millions.

D’autres PIG ont été listées mais l’estimation de leur coût doit suivre l’an prochain. Voilà notamment pourquoi le Conseil d’Etat proposait de classer le postulat. Les députés ne l’ont pas entendu de cette oreille. Par 81 voix contre 30 et quatre abstentions, ils ont renvoyé le paquet à l’expéditeur.

«Quelle déception», s’est exclamé Niels Rosselet-Christ au nom de l’Union démocratique du centre, dénonçant «une absence de transparence». L’argument a été partagé par le popiste Armin Kapetanovic: «On s’est demandé si l’HNE ne confondait pas autonomie avec opacité. Son directoire a non seulement joué la montre mais aussi sélectionné certaines prestations et occulté d’autres.» Le libéral-radical Jean-Frédéric de Montmollin a déploré l’absence de pistes d’économies, alors que «les hôpitaux publics neuchâtelois coûtent trois fois plus que la moyenne suisse».

«Merci pour le mépris!»

Ces critiques ont fait monter la moutarde au nez de Laurent Kurth: «Merci pour la reconnaissance du travail accompli et pour le mépris!» Le ministre des Finances et de la Santé a souligné qu’avec le rapport fourni, «le canton figure parmi les plus transparents». Il est certes aussi parmi les plus chers, mais «nous économiserons 50 millions de francs sur les PIG sur deux législatures».

Laurent Kurth en a appelé à davantage de soutien en vue de la refonte hospitalière: «Si à chaque fois l’on thématise les coûts de l’HNE alors que les économies sont en route, avec l’ampleur du chantier qui est devant nous, on ne s’en sortira jamais!»

Certaines piques visaient «les surcoûts» du Centre de sénologie, consacré à la médecine du sein, basé à La Chaux-de-Fonds et convoité par Neuchâtel. «Vous savez très bien que c’est une guéguerre entre deux responsables», dans le Haut et le Bas, a rétorqué le conseiller d’Etat. «C’est l’un des champs de tension énormes sur l’HNE. Je souhaite que l’on sorte des enjeux d’ego.» fme


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top