12.08.2017, 00:25

«Des erreurs ont été commises»

Abonnés
chargement

 12.08.2017, 00:25 «Des erreurs ont été commises»

Par ats

Sous le feu des critiques de ses voisins européens, le gouvernement néerlandais a reconnu, par la voix de la ministre de la Santé sur un plateau télévisé jeudi soir, que «des erreurs» avaient été commises dans la gestion du scandale des œufs contaminés. Mais elle réfute toujours toute accusation de négligence.

«Dans toute crise, des erreurs sont commises. C’est...

Sous le feu des critiques de ses voisins européens, le gouvernement néerlandais a reconnu, par la voix de la ministre de la Santé sur un plateau télévisé jeudi soir, que «des erreurs» avaient été commises dans la gestion du scandale des œufs contaminés. Mais elle réfute toujours toute accusation de négligence.

«Dans toute crise, des erreurs sont commises. C’est absolument le cas pour celle-ci», a reconnu Edith Schippers devant les caméras. Mais elle a maintenu que le gouvernement, accusé de ne pas avoir transmis plus tôt l’information comme quoi de nombreux œufs néerlandais étaient contaminés par un insecticide, «ne pouvait pas empiéter sur le temps de l’enquête judiciaire et des analyses» des échantillons prélevés.

Tirer des conclusions

«Nous étions bien au courant d’un signalement de la présence de fipronil dans un élevage de poules pondeuses en novembre 2016, mais il n’y avait aucune indication que du fipronil s’était retrouvé dans les œufs à ce moment-là», a répété Edith Schippers lors de sa première prise de parole publique depuis le début de l’affaire.

La gestion de La Haye de ce signalement reçu l’an dernier par le NVWA, l’organisme néerlandais chargé de la sécurité alimentaire et sanitaire, fait l’objet de critiques de responsables politiques de plusieurs pays européens touchés par le scandale des œufs contaminés.

Jeudi, le gouvernement néerlandais avait déjà reconnu que, «rétrospectivement» et «avec la connaissance d’aujourd’hui sur l’ampleur de l’utilisation et de la présence de fipronil dans les œufs», l’agence de sécurité alimentaire NVWA «aurait dû conseiller des mesures pour faire respecter la loi». «Une fois cette crise derrière nous, nous analyserons le rôle de chacun, le mien, celui de la NVWA... et nous en tirerons des conclusions», a ajouté la ministre de la Santé sortante. «Aurions-nous pu aller plus vite? C’est ce que nous devrons analyser, et je pense qu’il faudra associer la Commission européenne à cela.» ats

réunion de crise

Quinze pays de l’UE sont pour l’instant touchés par la crise des œufs contaminés. En plus de la Suisse, Hong Kong est aussi concerné. La Commission européenne réunira ces pays lors d’une réunion destinée à «tirer les leçons» de la crise le 26 septembre.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top