05.12.2017, 00:01  

A 10 ans, La Décharge voit grand

Abonnés
chargement
Une partie des acteurs seize acteurs de La Décharge qui monteront sur scène dans la peau de personnages de contes entourant Le Petit Chaperon Rouge.

 05.12.2017, 00:01   A 10 ans, La Décharge voit grand

Une revue pleine de surprises et de nouveautés pour passer le cap de l’an.

Elle affiche dix ans cette année. Alors elle a choisi de les marquer à l’enseigne d’«Il était 10 fois Dérèglements de contes». Ainsi se nomme la nouvelle revue satirique de la troupe La Décharge. Tant qu’à faire, la première aura lieu le soir du Réveillon de la Saint-Sylvestre, à la Grange aux concerts sur le site d’Evologia, à

Elle affiche dix ans cette année. Alors elle a choisi de les marquer à l’enseigne d’«Il était 10 fois Dérèglements de contes». Ainsi se nomme la nouvelle revue satirique de la troupe La Décharge. Tant qu’à faire, la première aura lieu le soir du Réveillon de la Saint-Sylvestre, à la Grange aux concerts sur le site d’Evologia, à Cernier.

Pour cet anniversaire, les auteurs et metteurs en scène, Gérard William et Roger Alain, ont souhaité innover. Cela en lançant un tout nouveau concept: raconter une histoire.

«Jusqu’à présent, nos revues étaient composées de sketches dont le fil rouge consistait à regarder l’actualité au Travers des yeux de quelqu’un, par exemple des Romains, mais aucune trame ne les reliait», raconte Gérard William. Tandis que cette fois, les deux compères ont écrit un scénario.

L’aboutissement de ce jeu de ping-pong réactif? – «Quand l’un avait une idée, il appelait tout de suite l’autre.» La naissance du «Petit Chaperon rouge à croix blanche». Les deux auteurs reconnaissent que, par moments, l’accouchement fut difficile. Mais à écouter ce qu’ils daignent dévoiler (lire encadré), la revue, toujours axée sur l’actualité de l’année, s’annonce aguicheuse.

Des «pros» sollicités

Toujours dans leur volonté de faire quelque chose de «grand» pour ces dix ans, avec un budget de 200 000 francs, les deux metteurs en scène ont, pour la première fois, fait appel à un décorateur.

Et pas des moindres, puisqu’il s’agit de Jean-Marie Liengme, scénographe attitré de La Passade, à Boudry. «Auparavant, nous bricolions tout nous-mêmes», sourit Roger Alain. Mais «les deux scènes sur deux niveaux qu’offre La Grange aux concerts, méritent l’intervention d’un professionnel».

Sur lesdites scènes, ce ne sont pas moins de seize acteurs (dont trois danseuses, trois danseurs et quatre musiciens) qui se produiront. «Nous mettons en exergue les compétences de chacun», relève Gérard William. «Si un comédien sait danser ou un danseur chanter, on en profite.» Et Roger Alain d’enchaîner: «Nous avons aussi tenu à ce qu’il y ait plusieurs tableaux où nous sommes tous réunis.» Toujours dans l’idée de viser plus haut, l’affiche a été confiée au dessinateur de presse Vincent l’Epée. La Décharge a assurément franchi un échelon, pas seulement satirique, pour sa dixième revue. A vérifier en allant aider le petit chaperon rouge dans sa quête.

Le Petit Chaperon rouge à croix blanche

L’histoire de La Décharge débute par le Vilain Petit Connard (toute ressemblance avec un certain Donald T. n’est pas fortuite) qui séquestre grand-mère Kel. Voilà, alors, que l’héroïne de l’histoire, le Petit Chaperon rouge à croix blanche, entame sa quête pour récupérer sa grand-mère. Philosophie de cette quête: «Posséder ce qui manque aux autres, car c’est cela le pouvoir.» En chemin, il croise de drôles de personnages. Le grand méchant loup, tout d’abord, incarné par le politicien valaisan Oskar Freysinger, qui va perdre sa queue. Mais également des protagonistes d’autres contes, intégrés dans l’histoire, tels Emmanuel Macron et son épouse dans les rôles du Petit Poucet et de Boucle d’or. Plus proche de nous, le cavalier Steve Guerdat endosse le rôle du Chat botté ou Jean-Jacques Wenger, ex-directeur de La Navigation, celui du Capitaine Crochet. Politique, sport, people, toute l’actualité internationale, nationale ou locale brûlante de l’année est revisitée. Et ponctuée par de brèves apparitions des deux incontournables marionnettes «réac» de La Décharge, Kat et Hortense.

INFO +

Représentations: 31 décembre spectacle à 18h30, repas et danse dès 21h (au Mycorama). Possibilité d’assister au seul spectacle. En janvier: mercredi, jeudi et vendredi 3, 4 et 5 à 20h. Samedi 6 à 16h et à 20h. Dimanche 7 à 17h. Jeudi et vendredi 11 et 12 à 20h. Samedi 13 à 16h et 20h. Réservations à la banque Raiffeisen, à Cernier ou au 079 899 02 29.

Renseignements: www.decharge.ch

La p’tite revue du Zap, à La Chaux-de-Fonds

Si les troupes de théâtre sont légion à présenter des spectacles en fin d’année avec prolongation en janvier, les revues se font, elles, plus rares. La Décharge mise à part, seule La P’tite Revue du Zap théâtre se profile, à La Chaux-de-Fonds. Plus modeste, mais tout autant satirique, elle est présentée depuis novembre déjà, au 137, de la rue Numa-Droz, et le sera jusqu’en avril prochain. Soit au total quarante représentations. Les textes sont l’œuvre de Thierry Meury et Christophe Bugnon. Le metteur en scène, Baptiste Adatte, révèle qu’ils mettent les gens du Haut sur le devant de la scène et tendent à égratigner «ceux du Bas». A Fontainemelon, la troupe du Niki’s dance, elle, ne présente pas, cette année, sa revue bisannuelle version comédie musicale. Il faudra patienter jusqu’à l’an prochain.

La P’tite Revue du Zap théâtre: vendredi et samedi à 20h30; dimanche à 17h30 sauf le 31 décembre à 20h30. Réservations: 032 931 32 66 ou 079 663 73 79. Renseignements sur: www.zaptheatre.ch


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top