29.04.2017, 00:01  

La marque Breitling passe en mains britanniques

Abonnés
chargement
Le stand Breitling à Baselworld.

«Nous ne commentons pas les rumeurs», rappelait Jean-Paul Girardin, vice-président de Breitling, lors du dernier Baselworld, le Salon mondial de l’horlogerie et de la bijouterie. La rumeur, insistante depuis la fin de l’année dernière, est devenue réalité. Breitling, spécialiste des montres pour l’aéronautique, change de mains.

Une des dernières marques horlogères indépendantes et en mains familiales – notamment avec...

«Nous ne commentons pas les rumeurs», rappelait Jean-Paul Girardin, vice-président de Breitling, lors du dernier Baselworld, le Salon mondial de l’horlogerie et de la bijouterie. La rumeur, insistante depuis la fin de l’année dernière, est devenue réalité. Breitling, spécialiste des montres pour l’aéronautique, change de mains.

Une des dernières marques horlogères indépendantes et en mains familiales – notamment avec Patek Philippe, Chopard et Audemars Piguet – change de propriétaire. Le fonds d’investissement britannique CVC Capital Partners prend 80% du capital, 20% restant en mains de la famille Schneider. Celle-ci était propriétaire de la marque depuis 1979, date à laquelle elle rachetée la marque à la famille Breitling. Celle-ci l’avait fondée en 1884 à Saint-Imier avant de déménager ruelle Montbrillant, à La Chaux-de-Fonds en 1892.

Le montant de la transaction, comme d’habitude dans ces cas-là, n’a pas été rendu public. La valeur de la marque horlogère est estimée à 800 millions de francs environ.

Environ 200 collaborateurs à La Chaux-de-Fonds

Aujourd’hui, Breitling emploie 900 personnes dans le monde, dont environ 400 en Suisse. Elles sont réparties à parts égales sur les deux sites de la société, le siège de Granges et Breitling Chronométrie, à La Chaux-de-Fonds, manufacture de mouvements maison. En termes de production, à en croire les dernières statistiques disponibles du Contrôle officiel suisse des chronomètres de 2015, elle produit environ 150 000 pièces par année, dont 120 000 équipées d’un mouvement mécanique.

«Je suis convaincu que CVC est le bon partenaire pour conduire Breitling à un niveau supérieur», explique Théodore Schneider, dans un communiqué. «L’expertise, les résultats et le réseau international de CVC vont aider Breitling à exploiter son plein potentiel.»

CVC est l’un des cinq plus grands fonds de capital-investissement au monde. Il compte aujourd’hui un réseau de 18 bureaux dans toute l’Europe, en Asie et aux États-Unis. Depuis 20 ans, il a investi plus de 71 milliards de dollars, principalement en Europe et en Asie.

Des mouvements maison

Alors que l’horlogerie traverse une passe difficile, qu’est-ce qui a séduit le fonds d’investissement chez Breitling? Depuis plusieurs années, la marque produit ses propres mouvements pour garantir son indépendance. Elle a récemment conclu un partenariat pour fournir des calibres à Tudor, propriété de Rolex. Celle-ci lui livrant aussi des mouvements. Un partenariat dévoilé à Bâle à la fin du mois de mars.

De plus, elle n’a guère été affectée par les turbulences des marchés chinois et de Hong Kong, ses principaux débouchés étant les Etats-Unis et l’Europe, principalement le Royaume-Uni. CVC voit un potentiel de croissance «significatif» dans Breitling, «tant sur les marchés existants que sur des nouveaux marchés», indique Daniel Pindur, son directeur, dans un communiqué. daniel droz


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour la lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top